Mes vaporisateurs personnels

Publié le 25 Juil 2008 — par Vapcig
Catégorie(s) Vapcig

En 2 mois, je suis devenue une inconditionnelle de la ecigarette.

Les avantage de la ecigarette : Plus de mauvaise haleine et des dents plus blanches, une plus belle peau, plus d’odeurs désagréables, etc.

Ne serais-je pas une ecigarettes « addict » ?

J’ai actuellement 11 ecigarettes qui fonctionnent (je compte en céder certaines qui sont quasi-neuves car je ne peux toutes les utiliser) :

4 modeles de type « pen » (DSE801 et RN4072)
4 modeles DSE901
1 modele RN4081 (taille d’un clope 100’S)
2 Janty KissBox classic

Si je m’écoutais et en avais les moyens, j’aimerais aussi testé les modèles des autres types (DSE102, DSE103, DSE089, CT401, e-cigarillo, e-cigare)

La Janty KissBox Classic est de loin ma préférée. C’est la meilleure que j’utilise et elle aussi la plus jolie.


La Dual DeLuxe DSE901 est géniale car simple d’emploi et on trouve des cartouches ailleurs, sans problème.
La RN4081 aussi est bien mais on ne trouve pas aussi facilement des cartouches et son autonomie est minime vu la petite taille. Il faut prévoir le double de cartouches au moins, par rapport à une DSE901.
Pour les modeles de ecigarettes que je n’ai pas eu l’occasion de tester, je ne peux dire mais je pense qu’il faut eviter les modeles avec atomiseurs à tresse « Arc » car cela a l’air « galère ». Je pense que ce sont les modeles de type DSE102, DSE103, DSE089 (voir tableau comparatif) = celles que je n’ai pas !
 
 

Le Brevet international du vaporisateur électronique

Publié le 15 Juil 2008 — par Vapcig
Catégorie(s) Inventeur de la Cigarette Electronique

 

1-L’inventeur : ce n’est pas Golden Dragon comme cité précédemment. Çà c’est juste une info erronée publiée un jour en anglais et reprise sans vérification par tout le monde sur Internet. Le tout premier brevet déposé sur une cigarette électronique l’a été par un japonais et date de 2003. Son inventeur, faute de moyens, n’avait pas déposé à l’international. La même année le produit a été amélioré au niveau de la pulvérisation par un second brevet chinois de la marque BIP 1 (vous remarquerez que j’ai mis un bip sur le nom), puis par un brevet européen de la marque BIP 2 au tout début 2007 au niveau du contrôle électronique de la pulvérisation. En clair personne n’a de brevet exclusif sur ce produit, simplement chacun maitrise une partie ou un composant du produit qui lui est propre.

Golden dragon (j’adore citer ce genre de noms exotiques çà fait érudit), n’est qu’une société financière qui a investi après dans la marque chinoise BIP 1. L’opération s’est réalisée vers mars 2007 si ma mémoire est bonne.

-Les usines : Il n’y en a pas qu’une ! Mensonge ! Il y en a au moins six ou sept que je connais personnellement. Erreur de notre ami adnan27, l’usine de BIP 1 n’est pas à Hong Kong mais a Beijing (Pékin pour nous). C’est l’usine de BIP 2 qui est à Hong Kong. Enfin presque à Hong Kong, la ville s’appelle Shenzhen et est juste en face sur le continent, dans la province de Canton.

Dans cette dernière ville se trouve également tous les ateliers d’assemblage. Ça va de la fausse Rolex à la cigarette électronique. Il est important de souligner qu’une Rolex, même si c’est beau, ça sert à connaître l’heure mais une cigarette électronique sert à s’envoyer quelque chose dans les poumons et ces appareils doivent être certifiés pour être légalement vendus en Europe. Je ne parle pas là de la simple certification CE obligatoire pour toutes les marchandises, mais d’une approbation sanitaire soit au niveau national pays par pays soit directement au niveau européen. Ces certifications coutent très cher et se répercutent obligatoirement sur le prix de vente des appareils qui les possèdent.

-Les produits : Ne provenant donc pas du tout des mêmes usines ou des mêmes ateliers d’assemblages, il est totalement faux d’affirmer que ce sont tous les mêmes, mais absolument toutes les dernières marques ajoutées sont les mêmes produits !

Auteur du texte : TITOF 27 janvier 2008 00:19

Source: http://www.apel-lycee-stemarie-cholet.org/lycees-sans-tabac/cigarette-electronique.htm

—————————————————————————————————

« … Le concept d’une cigarette electronique est élaboré par Herbert A. Gilbert en 1963, avec un brevet déposé en 1965 présentant le schéma d’une cigarette électronique « remplaçant le tabac et le papier par de l’air chauffé et aromatisé » . Gilbert fut approché par des sociétés souhaitant fabriquer cette cigarette, mais son invention ne fut jamais commercialisée.


Le premier dispositif rendu public, destiné à simuler l’utilisation d’une cigarette a été réalisé en 2003 par Hon Lik , un pharmacien chinois qui a déposé en 2005 un brevet pour une « cigarette sans fumée à pulvérisation électronique » . Toutefois, ce premier dispositif exploite alors la technologie dite « ultra-sonique ». Hon Lik s’est ensuite associé à la société Golden Dragon Holdings pour commercialiser sa cigarette électronique en Chine en 2004. Dans un second temps, la Golden Dragon Holdings a changé le nom de l’entreprise en Ruyan (如烟), qui signifie « comme de la fumée » en chinois.


La technologie de vaporisation par résistance chauffante, la plus répandue pour les cigarettes électroniques en 2013, a été inventée et brevetée vers 2009 par le chinois David Yunqiang Xiu (修运强) avec son « Electronic Nicotine Delivery System (ENDS) ». … »

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cigarette_électronique

 

—————————————————————————————————

Golden Dragon a changé de nom pour devenir Ruyan Group Limited en novembre 2007.

The company was formerly known as Golden Dragon Group (Holdings) Limited and changed its name to Ruyan Group (Holdings) Limited in November 2007.

http://investing.businessweek.com/research/stocks/snapshot/snapshot.asp?ticker=329:HK

Ruyan is the original inventor of the e-cigarette and Ruyan has registered patents in more than 40 countries since 2003.

http://en.wikipedia.org/wiki/Ruyan

Voir aussi le-brevet-international-de-la-cigarette-electronique